PMCCPMCCPMCC

Search tips
Search criteria 

Advanced

 
Logo de pamjEditorial  boardAbout the Pan African Medical JournalInstructions for authorsPAMJ
 
Pan Afr Med J. 2008; 1: 1.
Publication en ligne 2008 juillet 3. French.
PMCID: PMC2984264

Recommandations nutritionnelles pratiques avec exemples de menus pour personnes vivant avec le VIH/SIDA en Afrique Noire

Dietary recommendations with practical examples of menus for people living with HIV/AIDS in sub-Saharan Africa

Résumé

L’infection par le VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine) est une infection chronique incurable. L’infection au VIH cause jusqu’à présent des millions de morts et entrave l’économie des pays sous développés ou en voie de développement, en l’occurrence les pays d’Afrique subsaharienne. Le but principal de la thérapie nutritionnelle en cas d’infection par le VIH est d’assurer au patient un poids normal et une alimentation appropriée couvrant ses besoins nutritionnels pendant les différentes phases de l’infection. Nous proposons des recommandations alimentaires détaillées quant aux apports recommandés en nutriments (macro- et micronutriments) pour les personnes vivant avec le VIH/SIDA. La nutrition joue en général un rôle très important dans le fonctionnement optimal du système immunitaire. Puisque l’infection par le VIH/SIDA est une maladie du système immunitaire, elle influence de plusieurs manières l’état nutritionnel du patient. Une nutrition hyper calorifique et hyper protéinée saine, variée et adaptée aux besoins de l’organisme est une condition indispensable pour rester longtemps en forme en cas d’infection par le VIH/SIDA. Elle permet en outre de garder un poids normal pendant la phase asymptomatique de l’infection et d’augmenter son poids pendant la phase symptomatique. Ceci a pour but de freiner l’évolution de l’infection vers le stade SIDA. Les personnes atteintes par le VIH/SIDA devraient en plus avoir une bonne hygiène de vie et exercer régulièrement une activité sportive modérée. Elles devraient mettre l’accent sur leur protection contre toute intoxication alimentaire et sur le renforcement de leur système immunitaire. Il est en outre important en plus du besoin en nutriments des personnes atteintes par le VIH/SIDA, de tenir compte de leur situation financière et culturelle, car en Afrique il existe sur ce point une très grande différence dans la population. C’est pourquoi, aussi à cause des différentes causes de la perte involontaire de poids et des différents goûts alimentaires des personnes, il est recommandé que les conseils et le suivi nutritionnel du patient soient adaptés à l’individu.

Mots cles: VIH, Nutrition, Alimentation, Afrique, SIDA

Introduction

L’infection par le VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine) est une infection chronique incurable. Elle cause jusqu’à présent des millions de morts et entrave l’économie des pays sous développés ou en voie de développement, en l’occurrence les pays d’Afrique subsaharienne. C’est pourquoi il est important d’endiguer l’expansion de l’infection aussi bien que d’atténuer les maux et augmenter la qualité de vie des personnes déjà souffrantes. Une contribution à cela est une alimentation appropriée à la phase de l’infection.

Les articles suivants proposent des recommandations alimentaires détaillées quant aux apports recommandés en nutriments (macro- et micronutriments) pour les personnes vivant avec le VIH/SIDA. Ce travail propose également des conseils pratiques en cas de problèmes alimentation et des exemples de menus adaptés au contexte africain. Les conseils nutritionnels que nous proposons s’adressent à tous ceux qui ont le souci de se nourrir sainement et ne concernent pas uniquement les personnes vivantes avec le VIH/SIDA,

Description de l’évolution de l’infection

L’infection par le VIH affaiblit le système immunitaire en détruisant les cellules responsables de la réaction immunitaire (cellules CD4 ou T4) et en se multipliant à l’intérieur de celles-ci. Ces dernières ne peuvent plus remplir leurs fonctions à savoir assurer la défense de l’organisme contre les agents pathogènes [1].

Au cours de l’évolution de l’infection par le VIH, on distingue deux stades principaux: le stade asymptomatique et le stade symptomatique.

Le stade asymptomatique comme son nom l’indique est sans symptôme. Juste après la contamination apparaît, à peine perceptible, des signes similaires à ceux d’une grippe (c’est l’infection primaire). Le corps infecté développe des anticorps qui sont en règle générale détectables dès la douzième semaine. Ce stade asymptomatique varie d’un individu à l’autre, peut durer des années et est influencer entre autre par l’environnement sanitaire et nutritionnel général du sujet [2]. Plus la charge virale est élevée, plus rapidement le système immunitaire est compromis. L’affaiblissement du system immunitaire favorise le développent des affections opportunistes, aussi bien infectieuses que cancéreuses et la progression vers le SIDA et éventuellement la mort du patient [1, 3]. La progression de l’infection initiale à l’effondrement total du système immunitaire varie d’un patient à l’autre [4].

VIH/SIDA et nutrition

Influence de l’infection sur la nutrition

Les interactions entre la nutrition et l’infection par le VIH sont multiples ( Figure 1 ), et en ce qui concerne les micronutriments, sont en partie contradictoires.


Figure 1:
Interaction entre nutrition et VIH/SIDA

Par exemple une carence en Vitamine A ou en Sélénium favorise le passage du VIH à travers les parois muqueuses du tractus uro-génital en altérant l’intégrité des tissus épithéliaux [5, 6, 7] .

Une nutrition saine et équilibrée à long terme assure à l’organisme infecté une résistance optimale aux agents pathogènes. Elle permet par exemple de compenser les pertes énergétiques dues à l’infection et permet de maintenir les organes en bon état de fonctionnement. C’est pour cela qu’il est indispensable que l’organisme infecté reçoive suffisamment de nutriments qui renforcent la fonction immunitaire et améliorent le fonctionnement des cellules. Il s’agit comme micronutriments, de la vitamine A, E, Beta-Carotène, Thiamine (B 1 ), Riboflavine (B 2 ), Niacine (B 3 ), acide pantothénique (B 5 ), Pyridoxine (B 6 ), Biotine (H ou B 8 ) acide folique (B 9 ), Cobalamine (B 12 ) et des oligo-éléments Zinc, Sélénium, Cuivre, Fer et Manganèse [2, 8, 9, 10]

La malnutrition et la perte involontaire de poids (Wasting-syndrom) sont les principales conséquences de l’infection à VIH. Celles-ci sont soit directement dues à l’infection soit sont la conséquence des multiples traitements pris pour le traitement de la maladie ou des affections opportunistes [11].

Les causes les plus fréquentes de malnutrition chez les personnes infectées par le VIH sont [9]:

  • L’augmentation des besoins énergétiques et nutritifs due en général aux poussées de fièvre et aux infections opportunistes
  • La diminution des apports alimentaires
  • Les troubles d’absorption des aliments et nutriments
  • Les perturbations métaboliques dues aux troubles du système immunitaire, nerveux ou gastrique et aux infections opportunistes
  • Les problèmes psychiques et sociaux comme par exemple la stigmatisation, la discrimination, l’isolation, la dépression et la pauvreté

La perte de poids involontaire est caractérisée par une diminution de la masse musculaire corporelle et non automatiquement de la masse graisseuse. Ceci se manifeste par une fatigue extrême et une altération de l’état générale et une détérioration de la qualité et de l’espérance de vie du patient. [8; 11, 12].

Influence des médicaments sur la nutrition

Le but principal de la thérapie antirétrovirale est d’entraver la multiplication du VIH, de restaurer le système immunitaire et par conséquence de retarder l’apparition des infections opportunistes et de l’évolution vers le SIDA et d’améliorer la qualité de vie du patient [14].

Ces médicaments peuvent cependant influencer de façon considérable la nutrition des personnes infectées et les troubles gastro-intestinaux dus à la prise des médicaments antirétroviraux [9] sont fréquents chez les patients sous thérapie VIH.

Les principaux effets secondaires des médicaments antirétroviraux utilisés de nos jours sont la nausée, les vomissements, le manque d’appétit et la diarrhée (Tableau 1).


Tableau 1:
Exemples de quelques médicaments antirétroviraux utilisés en Afrique avec leurs influences sur la nutrition des patients.

En outre les médicaments utilisés en Afrique contre les affections opportunistes ont également de par leurs effets secondaires une influence notable sur la nutrition du patient. Le tableau 2 présente ces médicaments et leurs effets secondaires.


Tableau 2:
Exemples de médicaments utilisés et leur influence sur la nutrition.

Etat des lieux

Recommandations nutritionnelles

But de la thérapie nutritionnelle

Le but principal de la thérapie nutritionnelle en cas d’infection par le VIH est d’assurer au patient un poids normal et une alimentation appropriée couvrant ses besoins nutritionnels pendant les différentes phases de l’infection. L’institut allemand de la médecine alimentaire a par établi les objectifs des en vue de réduire les doléances des patients en ce qui concerne leur nutrition, le maintient de leur force physique afin de préserver leur indépendance pour leurs activités quotidiennes, et de réduire voire empêcher leurs séjours à l’hôpital (Tableau 3) [17]:


Table 3 :
Objectifs nutritionnels de l’institut allemand de la médecine alimentaire pour les personnes vivants avec le VIH/SIDA.

Recommandations quant á l’approvisionnement en nutriments en cas d’infection par le VIH

Les recommandations actuelles quant à l’apport en nutriments en cas d’infection par le VIH différent de celles des personnes saines surtout en ce qui concerne les éléments suivants: énergie, protéines, vitamines A, B 1 , B 2 , B 3 , B 6 , B 12 , C et E ainsi que la béta carotène et l’oligo-élément Zinc (Tableau 4).


Tableau 4:
Comparaisons de Recommandations journalières de quelques nutriments pour personnes saines (D-A-CH (Allemagne-Autriche-Suisse) Referenzwerten 2000) et pour personnes infectées par le VIH.

Les besoins énergétiques d’un patient atteint de VIH augmentent en général de 10 à 15% et les besoins protéiniques de 50 á 100%, particulièrement durant la phase symptomatique [18, 19]. Leurs besoins en protéines varient en général de 1,2 à 2,0 g/kg p.c./j (gramme par kilogramme de poids corporel par jour), et peut atteindre 3,0 g/kg p.c./j durant la phase symptomatique [20, 20] . Les besoins énergétiques d’une femme enceinte infectée par le VIH augmentent eux jusqu’á 20%0 voire 30% [22]

Les hydrates de carbones quant à eux devraient couvrir environ 60 % de l’apport énergétique total et l’apport quotidien en matières grasses devrait être compris entre 1,2 et 1,8 g/kg p.c. [20, 23].

Plus la perte involontaire de poids est prononcée, plus riche devrait être l’alimentation en énergie. Cette énergie devrait cependant provenir principalement des protéines et des hydrates de carbones [8]. Il est généralement recommandé de varier l’approvisionnement en nutriments en fonction du stade de la maladie, la constitution générale du malade et de la thérapie antirétrovirale afin par exemple de compenser les pertes nutritives dues aux effets secondaires des médicaments [8; 11]. En outre il est très important pour les personnes infectées par le VIH d’avoir une alimentation saine, équilibrée, variée et adaptée aux besoins de leur organisme.

Si le poids du patient ne réussit pas à être stabilisé par une alimentation naturelle, la motivation et l’amélioration de son environnement social, on devrait faire appel à une alimentation artificielle (parentérale et entérale) ainsi qu’aux suppléments alimentaires [8, 11].

Thérapie nutritionnelle adaptée à la situation alimentaire en Afrique noire

Les protéines de haute qualité biologique ne devraient pas manquer dans l’alimentation quotidienne des personnes infectées par le VIH [8, 9, 20, 21] et les protéines végétales devraient être préférées à celles animales. En plus de la viande, du poisson et des produits laitiers, il existe pour un approvisionnement adapté en protéines des combinaisons peu coûteuses d’aliments végétaux ayant une qualité biologique élevée (par exemple ragout de haricots rouges avec sauce d’arachides et graines de mais) ainsi que le soja, qui en plus de flavonoïdes est riche en acides gras insaturés. Il est recommandé de manger du poisson riche en acides gras Omega-3 et Omega-6 comme par exemple le hareng, le maquereau ou le thon, car ces acides gras jouent un rôle important dans le renforcement du système immunitaire [24].

Les aliments énergétiques tels que les céréales (de préférence complètes), les plantes racines de toutes sortes (manioc, macabo, taro, patate…) et les fruits féculents (banane, banane plantain…) devraient être abondamment consommés.

Les recommandations générales de l’OMS “5 portions de fruits et légumes par jour” couvrent les besoins journaliers en antioxydants et peut être repartir comme suit: 2 portions de fruits et trois portions de légumes y compris les crudités, les légumes cuits et les laitues. Les jus d’orange et de pamplemousse sont particulièrement riches en antioxydants [25].

Comme huile de cuisson, les huiles végétales (par example. l’huile de soja, d’arachides…) sont les plus conseillées car elles présentent une meilleure composition d’acides gras (taux élevé d’acides gras insaturés) que les graisses animales.

Recommandations d’hygiène

En plus des recommandations d’approvisionnement en macro et micronutriments, il est important pour toute personne en général et les personnes atteintes de VIH/SIDA en particulier d’observer les règles d’hygiène alimentaire.

Concernant la cuisine et les aliments [13, 26]:

  • De façon idéale il serait préférable pour la nutrition des personnes atteintes de VIH/SIDA de ne choisir que des aliments frais.
  • Les aliments ne devraient pas avoir de longues voies de transport, de préférence les acheter directement chez le producteur ou au marché au petit matin quand ils sont encore bien frais.
  • Les aliments surtout ceux mangés crus (fruits, crudités) devraient avant leur utilisation être bien lavés à l’eau propre filtrée (eau potable). On peut utiliser de l’eau de javel (une petite cuillère d’eau de javel pour un litre d’eau) pour laver les aliments.
  • Les viandes ainsi que les poissons doivent être cuits à point.
  • Les personnes atteintes de VIH/SIDA devraient éviter de manger des repas qui ont passé la nuit afin d’éviter d’éventuelles intoxications alimentaires.
  • Les restes de repas doivent être bien couverts et si possible gardés dans un réfrigérateur ou dans un endroit frais bien propre.
  • Les repas ne doivent pas être maintenus chauds pendant longtemps (perte de nutriments sensibles à la chaleur).
  • Pendant la préparation des aliments pour la cuisson, les viandes et les poissons doivent être séparés des aliments prêts à être consommés.
  • Les aliments devraient être apprêtés dans un environnement propre. Les torchons de cuisine eux aussi doivent être propres et doivent être régulièrement changés. La poubelle doit être constamment hermétiquement fermée et placée loin des aliments et du foyer de cuisson.
  • Il est important que les règles personnelles d’hygiène soient observées tant par la personne qui cuisine que par celles qui mangent. Lavage des mains après toilettes et quand le repas est mangé à la main.
  • Les repas vendus au bord de la route ne sont pas conseillés à cause d’un manque d’hygiène possible.

Concernant l’eau:

L’approvisionnement en eau potable est un problème dans plusieurs pays africains. Surtout en campagne où peu de ménages ont accès a de l’eau du robinet. L’eau insalubre est l’une des principales sources d’infections bactériennes en Afrique [27]. C’est pourquoi les personnes infectées par le VIH doivent s’assurer de la propreté et la pureté de l’eau qu’elles boivent. Cette eau, qu’elle soit du robinet ou du puits doit être bouillie ou filtrée. En plus il est à noter que :

  • Le puits doit toujours être propre et hermétiquement fermé.
  • Ce n’est qu’après avoir bouilli de l’eau pendant au moins cinq minutes que la majorité des micro-organismes nocifs qui peuvent s’y trouver est éliminée [24]. Malheureusement les impuretés chimiques elles ne sont pas éliminées ainsi.
  • La filtration quant à elle permet d’éliminer les impuretés chimiques mais pas les micro-organismes nocifs. (Vous trouverez des instructions pour la fabrication d’un filtre dans Epstein [24].)
  • C’est pourquoi une combinaison des deux méthodes (bouillir de l’eau, laissé refroidir et filtrer) est vivement recommandée.

Exemples de menus (adaptes aux habitudes alimentaires en Afrique noire) pour personnes infectées par le VIH/SIDA

Le tableau 5 donne le rôle et la source locale de quelques micronutriments importants pour une alimentation saine [29, 30,31]. Le tableau 6 donne des exemples de menus équilibrés à base d’aliments locaux. Les tableaux 7a et et7b7b quant à eux donne des propositions de menus journaliers détaillés et mis sur pied à l’aide d’un programme de nutrition (PRODI).


Tableau 5:
Nutriments importants pour une alimentation saine, leurs fonctions dans l’organisme et leurs sources locales.

Tableau 7a :
Menu pour une femme adulte d’activité moyenne infectée par le VIH/SIDA en phase asymptomatique: environ 2200 kcal (9000 kJ), d’où 13 % proviennent des protéines, 30 % des matières grasses et 57 ...

Tableau 7b :
Menu pour une femme adulte d’activité moyenne infectée par le VIH/SIDA en phase symptomatique: environ 2400 kcal (10000 kJ), d’où 16,5 % proviennent des protéines, 28,5 % des matières grasses et ...

Conclusion

La nutrition joue en général un rôle très important dans le fonctionnement optimal du système immunitaire. Puisque l’infection par le VIH/SIDA est une maladie du système immunitaire, elle influence de plusieurs manières l’état nutritionnel du patient. Une nutrition hyper calorifique et hyper protéinée saine, variée et adaptée aux besoins de l’organisme est une condition indispensable pour rester longtemps en forme en cas d’infection par le VIH/SIDA. Elle permet en outre de garder un poids normal pendant la phase asymptomatique de l’infection et d’augmenter son poids pendant la phase symptomatique. Ceci a pour but de freiner l’évolution de l’infection vers le stade SIDA. Les personnes atteintes par le VIH/SIDA devraient en plus avoir une bonne hygiène de vie et exercer régulièrement une activité sportive modérée. Elles devraient mettre l’accent sur leur protection contre toute intoxication alimentaire et sur le renforcement de leur système immunitaire.

Il est en outre important en plus du besoin en nutriments des personnes atteintes par le VIH/SIDA, de tenir compte de leur situation financière et culturelle, car en Afrique il existe sur ce point une très grande différence dans la population. C’est pourquoi, aussi à cause des différentes causes de la perte involontaire de poids et des différents goûts alimentaires des personnes, il est recommandé que les conseils et le suivi nutritionnel du patient soient adaptés à l’individu.

Tableaux et figures

  • Tableau 1: Exemples de quelques médicaments antirétroviraux utilisés en Afrique avec leurs influences sur la nutrition des patients
  • Tableau 2: Exemples de médicaments utilisés et leur influence sur la nutrition : Objectifs nutritionnels de l’institut allemand de la médecine alimentaire pour les personnes vivant avec le VIH/SIDA.
  • Tableau 4: Comparaisons de Recommandations journalières de quelques nutriments pour personnes saines (D-A-CH (Allemagne-Autriche-Suisse) 2000) et pour personnes infectées par le VIH.
  • Tableau 5: Nutriments importants pour une alimentation saine, leurs fonctions dans l’organisme et leurs sources locales.
  • Tableau 6: Propositions de menus (sans données de quantités) pour personnes vivant avec le VIH/SIDA en Afrique noire.
  • Tableau 7a: Menu pour une femme adulte d’activité moyenne infectée par le VIH/SIDA en phase asymptomatique.
  • Tableau 7b: Menu pour une femme adulte d’activité moyenne infectée par le VIH/SIDA en phase symptomatique.

Notes en bas de page

Conflit d’interets

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d’interets.

References

1. Pezzutto A, Ulrichs T, Burmester GR. Grundlagen, Labor, Klinik. 2. Auflage. Stuttgart: Georg Thieme Verlag; 2007. Taschenatlas der Immunologie.
2. Rajabiun S, Cogill B, Seumo-Fosso E. FANTA (Hg) Washington: Académie pour le développement et l’éducation; 2002. VIH/SIDA: Un guide pour les soins et le soutien nutritionnel.
3. Kaplan J, Hu D, Holmes K, Jaffe H, Masur H, De Cock K. Preventing opportunistic infections in human immunodeficiency virus-infected persons: implication for the developing world. Am. J. Trop. Med. Hyg. 1996;55:S. 1–11. [PubMed]
4. Kamps BS, Hoffmann C, Kamps BS. , Hg. HIV.NET. Wuppertal: Steinhäuser Verlag; 2004. 2004. Epidemie, Übertragungswege, natürlicher Verlauf; pp. S. 23–43.
5. Baeten JM, Mostad S, Hughes M, Overbaugh J, Bankson D, Metaliya K, Ndinya-Achola J, Bwayo J, Kreiss J. Selenium deficiency is associated with shedding of HIV-1-infected cells in the female genital tract. J. AIDS. 2001;26(4):S. 360–364. [PubMed]
6. Semba R. The role of vitamin A and related retinoids in immune function. Nutr. Rev. 1998;56:S. 38–48. [PubMed]
7. De Luca L, Darwiche N, Celli G, Kosa K, Jones C, Ross S, Chen L. Vitamin A in epithelial differentiation and skin carcinogenesis. Nutr. Rev. 1994;52:S. 45–52. [PubMed]
8. Kasper H. 10. neubearbeitete Auflage. München: Elsevier GmbH, Urban & Fischer Verlag; 2004. Ernährungsmedizin und Diätetik.
9. Schwenk A, Biesalski HK, Hg., 3. erweiterte Auflage. Stuttgart, New York: Georg Thieme Verlag; Juni. 2004. Ernährung bei HIV-Infektion und AIDS.Ernährungsmedizin.
10. Baum MK, Shor-Posner G, Lu Y, Rosner B, Sauberlich H, Fletcher M, Szapocznik J, Eisdorfer C, Buring J, Hennekens C. Micronutrients and HIV-1 disease progression. AIDS. 1995;9(9):S. 1051–1056. [PubMed]
11. Schwenk A, Schauder P, Ollenschläger G. , Hg. 2, Auflage. München: Elsevier GmbH, Urban & Fischer Verlag; 2003. Mangelernährung und Stoffwechselstörungen bei HIV-Infektion.Ernährungsmedizin Prävention und Therapie.
12. Kotler D, Tierny A, Wang J, Pierson RJ. magnitude of body-cell-mass depletion and the timing of death from wasting in AIDS. Am. J. Clin. Nutr. 1989;50:S. 444–447. [PubMed]
13. Nguewo EA. Ernährungsempfehlungen für HIV-infizierte Menschen – Entwicklung eines praktischen Leitfadens für Kamerun. Mémoire à l’université d’Albstadt-Sigmaringen. 2007.
14. WHO. AIDS treatment, nutrition and food supplements. WHO fact sheet, 30. Mar, 2005.
15. Das Kompetenznetz der Medizin HIV/AIDS (KompNet HIV/AIDS) http://www.kompetenznetz-hiv.de/./index.htm Access 16.02.2006 .
16. Arzneimittel zur antiretroviralen Therapie der HIV-Infektion. http://www.aidsfinder.org/main/af_53.htm#5.3.1. Access 26.11.2006.
17. Ockenga J, Stüttmann U, Schwenk A DGEM (Hg.). Wasting bei Infektionskrankheiten. Aktuel Ernähr Med. 2003;(Supplement 1):S. 114–120.
18. James WPT, Schofield EC. Human Energy Requirements: A manual for planners and nutritionists. Oxford: Oxford University Press und Food and Agriculture Organization; 1990.
19. WHO. Technical Report Series 724. Geneve: WHO; 1985. Energy and Protein Requirements. [PubMed]
20. Berger DS, Miller T, Gorbach G. , Hg. Nutritional aspects of HIV infection. London, Sydney: Arnold; 1999. Enteral and parenteral support; pp. S. 140–159.
21. Woods M, Miller T, Gorbach G. Nutritional aspects of HIV infection. London, Sydney: Arnold; 1999. Dietary recommendation for the HIV/AIDS patient.
22. Nutritional Guidelines for Care and support for people living with HIV/AIDS. http://www.fantaproject.org/downloads/pdfs/Zambia_Guidelines_3.pdf. Accessed:26.06.2008.
23. AKE. Österreichische Arbeitsgemeinschaft für klinische Ernährung 3. Wien: 2000. Empfehlungen für die parentale und enterale Ernährungstherapie des Erwachsenen; pp. S.3–27.
24. D-A-CH. 1.Auflage. 2. korrigierter Nachdruck. Franckfurt am Main: Umschau Braus GmbH Verlagsgesellschaft; 2001. Referenzwerte für die Nährstoffzufuhr.
25. Epstein L. Reseau africain des personnes vivant avec le VIH/SIDA. Dakar, Nairobi: Hope Production; 1995. Une alimentation saine pour les personnes vivant avec le VIH/SIDA.
26. Arendt BM, Winkler P, Boetzer A. Plasma antioxydant capacity of HIV-seropositive and seronegative subjects during long-term injection of fruit juices rich in polyphenols. Conference on Nutrition and HIV Infektion Cannes. 1999 Abstr. P-42.
27. FAO, WHO. Vivre au mieux avec le VIH/SIDA: Un manuel sur les soins et le soutien nutritionnels á l’usage des personnes vivant avec le VIH/SIDA. Rome: FAO; 2003.
28. Tchamda C, Nkabkob T. Etude Démographique et de Santé du Cameroun. Yaoundé: Gouvernement camerounais; 2004. Caractéristiques des ménages.
29. Epstein L. Réseau africain des personnes vivant avec le VIH/SIDA. Dakar, Nairobi: Hope Production; 1995. Une alimentation saine pour les personnes vivant avec le VIH/SIDA.
30. Nguewo EA. Ernährungsempfehlungen für HIV-infizierte Menschen – Entwicklung eines praktischen Leitfadens für Kamerun. Mémoire à l’université d’Albstadt-Sigmaringen. 2007.
31. Rajabiun S, Cogill B, Seumo-Fosso E. FANTA (Hg) Washington: Académie pour le développement et l’éducation; 2002. VIH/SIDA: Un guide pour les soins et le soutien nutritionnel.

Articles from The Pan African Medical Journal are provided here courtesy of African Field Epidemiology Network