PMCCPMCCPMCC

Search tips
Search criteria 

Advanced

 
Logo de canfamphysLink to Publisher's site
 
Can Fam Physician. 2010 septembre; 56(9): 863–865.
French.
PMCID: PMC2939105

Améliorer l’assurance-santé

La grandeur d’une nation ne repose pas sur la quantité de ses richesses, mais bien sur sa qualité de vie.

Tommy Douglas1

Lors d’un concours en 2004 pour désigner le plus grand Canadien de tous les temps, parrainé par CBC-Radio-Canada, la population a choisi Tommy Douglas, celui qu’on surnomme le père de l’assurance-santé. M. Douglas a instauré un système de santé qui fait maintenant la fierté des Canadiens et que beaucoup considèrent comme une caractéristique distinctive du Canada. Un sondage Harris en 2009 sur les soins de santé canadiens révélait que, même si 82 % des Canadiens jugeaient leur système de santé supérieur à celui des États-Unis, plus de 28 % croyaient que le système canadien ne fonctionnait pas très bien ou pas bien du tout2. Dre Anne Doig, l’actuelle présidente de l’Association médicale canadienne, a déclaré que le système de santé canadien était «en implosion» et «précaire» et qu’il avait besoin d’une remise en état3. Il y a clairement place à de l’amélioration.

Durant les années 1950, les efforts américains pour réduire le nombre de blessures dans des accidents de la route se concentraient sur les conducteurs parce que, selon les données, la plupart des blessures étaient causées par une erreur de conduite. Les tentatives initiales visaient le changement comportemental des conducteurs, mais on s’est vite rendu compte qu’il était plus rentable de changer le système de transport lui-même pour accroître la sécurité générale. On a mis l’accent sur le port des ceintures de sécurité, l’ajout d’un troisième feu de freinage et la séparation des voies d’autoroutes. C’est ainsi qu’on a réduit de plus de 75 % le nombre de décès dus aux accidents de la route4. L’amélioration de notre système de santé exige une approche semblable. Les efforts devraient se concentrer sur le changement du système lui-même.

Implanter et intégrer les dossiers médicaux électroniques

Avec l’avènement des ordinateurs et des assistants numériques personnels et l’accès omniprésent à Internet, l’absence d’une base de données standardisée de dossiers médicaux électroniques (DME) fait perdre de multiples possibilités. À l’heure actuelle, seulement 37 % des médecins canadiens utilisent une certaine forme de DME5. On peut améliorer la continuité des soins aux patients en fournissant aux professionnels de la santé un accès aux dossiers médicaux antérieurs. Une base de données centralisée offrirait des renseignements utiles pour la recherche et éclairerait les politiques publiques en matière de santé. Il serait possible de faire le suivi des données relatives aux exigences des études et de les mettre en filière. Les patients qui répondent aux critères des études seraient automatiquement identifiés, avec leur consentement, et les formulaires d’évaluation seraient instantanément accessibles. Selon Inforoute Santé Canada, la mise en place coûterait 10 milliards $, mais les économies en découlant se situeraient annuellement entre 6 milliards $ et 7 milliards $6. Il faut surmonter les actuelles barrières financières et politiques empêchant la mise en œuvre des DME standardisés, car ces derniers entraîneront des soins meilleurs et mieux intégrés pour les patients.

Améliorer la sécurité des patients

Comme les DME, l’administration des médicaments à l’aide de codes à barres est une autre technologie sous-utilisée pour améliorer les soins de santé. Cette méthode requiert un code à barres sur le bracelet d’identification du patient hospitalisé qui correspond à un code à barres sur les médicaments prescrits au chevet du malade. Un scanner mobile affiche une directive « OK » ou « Stop » en fonction d’instructions pertinentes et chaque dose est automatiquement inscrite dans le dossier des médicaments administrés au patient7. Ce système pourrait être intégré au DME du patient pour identifier des contre-indications médicamenteuses. De nombreux hôpitaux utilisent déjà les codes à barres pour faire le suivi de l’inventaire. Un système de codes à barres est non seulement plus efficace pour gérer les dossiers des médicaments prescrits, mais il procure aussi un plus haut niveau de protection contre l’administration erronée de médicaments.

On peut aussi améliorer la sécurité des patients en offrant un plus grand nombre de chambres privées. On peut ainsi réduire les infections nosocomiales aérogènes et de contact8. Les chambres privées réduisent aussi la nécessité de déplacer les patients pour le contrôle des infections, les soins en fin de vie ou des raisons administratives, déplacements qui peuvent causer des préjudices en raison d’une moins grande surveillance, de traitements manqués et du stress psychologique9. Les transferts exigent aussi beaucoup de ressources hospitalières. Dans une initiative entreprise à Calgary, en Alberta, connue sous le nom de Medical Ward of the 21st Century (Service de médecine du XXIe siècle), un programme de recherche multidisciplinaire a incorporé avec succès dans sa conception des chambres privées pour les patients10.

Régler les problèmes d’accès

Selon les données de 2008, plus de 5 millions de Canadiens n’avaient pas de médecins attitrés11. C’est en partie attribuable à la mise en œuvre fautive des suggestions présentées dans le rapport Barer-Stoddart en 199112. Dans ce rapport, on indiquait que l’effectif de médecins produit excédait la croissance démographique, influençant ainsi les politiciens au Canada à imposer des limites au nombre de places dans les facultés de médecine. Cette recommandation venait avec un avertissement qu’il fallait aussi implanter plus de 50 autres mesures13. Malheureusement, l’imposition de limites au nombre d’étudiants admis fut l’une des seules parmi les rares autres recommandations adoptées. Cette mesure, combinée aux coupures du budget fédéral et aux départs à la retraite plus nombreux chez les médecins, a contribué à une importante pénurie de médecins au Canada. À l’heure actuelle, on compte environ 2,2 médecins par 1 000 habitants, un ratio bien plus bas que la moyenne de 3,1 dans les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques14. L’Association médicale canadienne a récemment lancé la campagne « Offres d’emploi », incitant les politiciens à agir pour atténuer l’actuelle pénurie de médecins par des mesures allant de permettre aux étudiants en médecine de retarder le remboursement de leurs prêts étudiants jusqu’au rapatriement des médecins canadiens déménagés aux États-Unis15. C’est maintenant aux politiciens d’y donner suite.

Une autre solution est d’élargir le rôle des infirmières et des autres professionnels de la santé dans les soins aux patients. Au nombre des exemples de tels projets figure la création de 2 nouveaux postes en soins de santé en Ontario: les adjoints en anesthésie et les infirmières praticiennes en anesthésie. S’il est nécessaire qu’un adjoint en anesthésie soit présent en tout temps dans chaque salle d’opération, un anesthésiologiste peut superviser simultanément quelques opérations.

Réduire le recours excessif et inutile aux soins médicaux

Les médecins doivent connaître les services de santé autres que les cabinets d’omnipraticiens, les cliniques sans rendez-vous et l’urgence et renseigner les patients à leur sujet. Selon un sondage mené par le Commonwealth Fund en 2008, même si seulement 25 % des Canadiens avaient utilisé la ligne d’assistance téléphonique pour obtenir des conseils médicaux ou en matière de santé, 87 % de ceux qui l’avaient utilisée l’avaient trouvée utile16. Les patients n’utilisent pas assez ces services, qui ont pourtant le potentiel de réduire considérablement le stress exercé sur le système.

Les patients demandent parfois des interventions médicales inutiles auxquelles des risques sont associés. Par exemple, certaines procédures d’imagerie sont une source d’exposition aux rayons ionisants et peuvent entraîner des doses cumulatives élevées de rayonnement actif17. Pareillement, l’hospitalisation met le patient à risque plus élevé de nombreux événements iatrogènes. Les médecins doivent s’assurer que de telles interventions ne sont prescrites que lorsqu’elles sont indiquées.

Pratiquer la médecine préventive

La valeur de la médecine préventive est reconnue depuis les codes d’hygiène rédigés dans le Lévitique. Pourtant, il y a dissonance entre l’idéal de prévenir les maladies et la pratique de les guérir. D’abord, il est difficile de faire le suivi exact des mesures préventives, parce qu’elles sont souvent prises en dehors des cabinets de médecins et elles n’apparaissent pas dans la facturation18,19. Lorsqu’on exerce une surveillance des mesures préventives, il semble qu’elles soient sous-utilisées, comme l’indique une étude récente réalisée en Ontario19. Il faudrait enseigner aux étudiants en médecine comment changer les comportements nocifs pour la santé des patients, rémunérer les médecins pour faire la promotion de la médecine préventive et mettre en vigueur des politiques publiques qui favorisent les conditions propices à des modes de vie sains20.

Une autre façon de réduire la maladie, c’est de rendre les comportements malsains socialement inacceptables. Au Canada, il est maintenant plus difficile que jamais de fumer. Fumer est interdit dans presque tous les lieux publics et de travail à l’intérieur et même, dans certaines provinces, dans une auto où il y a des enfants à bord. Ces mesures se sont accompagnées d’un changement sociétal de l’image du fumeur (p. ex., de Joe Camel à Joe la Cheminée21). Puisque les personnes plus défavorisées sur le plan socioéconomique fument davantage, il faudrait concentrer les efforts sur ce segment de la population22. Rendre la consommation excessive d’alcool et la malbouffe aussi socialement inacceptables que le tabagisme pourrait contribuer à réduire les maladies.

Enfin, des études ont démontré que des taxes plus élevées sur les cigarettes réduisent le tabagisme. Chaque hausse de 10 % du prix des cigarettes entraîne une baisse de 3 % à 5 % de la consommation de tabac22,23. Si on prélevait des taxes semblables sur les aliments non nutritifs, il y aurait sans doute une baisse de leur consommation.

Conclusion

En dépit de l’opinion que notre système de santé va mal, de bien des façons, l’assurance-santé fonctionne bien. David Cutler démontre bien son efficacité dans Your Money or Your Life25. En Ontario, le gouvernement autorise moins de 10 unités de chirurgie à cœur ouvert en activité. En Californie, qui compte le triple de la population ontarienne, il y a 10 fois plus d’installations chirurgicales de pontage. Avec une telle accessibilité limitée au Canada, il n’est pas possible de traiter nos patients aussi intensivement qu’en Californie. Nous devons plutôt procéder au triage et ne traiter que les cas les plus graves. Pourtant, le taux de survie après un infarctus est presque identique des 2 côtés de la frontière. La différence est que nous faisons le même travail avec moins de ressources. De plus, même si nous avons moins de choix en matière de couverture d’assurance, nous avons assurément plus de choix d’hôpitaux, de médecins, de tests diagnostiques et de traitements en comparaison des patients américains26, sans compter que notre couverture est garantie.

La population canadienne vieillit et exercera certainement des pressions considérables sur le système de santé au cours des années à venir. Compte tenu du récent repli économique et de la nécessité subséquente de stimuler l’économie par des dépenses gouvernementales accrues, il existe des possibilités d’améliorer le financement des soins de santé. Saisissons cette occasion et apportons les changements nécessaires pour assurer que les prochaines générations continuent de profiter du rêve et de l’héritage de Tommy Douglas.

Notes en bas de page

This article is also in English on page 859.

L’auteur est le gagnant du concours du meilleur article évalué par des pairs organisé par les Canadian Doctors for Medicare-Médecins québécois pour le régime public à l’intention des étudiants et des résidents en médecine canadiens.

Intérêts concurrents

Aucun déclaré

Les opinions exprimées dans les commentaires sont celles des auteurs. Leur publication ne signifie pas qu’elles sont sanctionnées par le Collège des médecins de famille du Canada.

Références

1. Douglas T. Speech in Prince Albert, Saskatchewan; 27 novembre 1970. Accessible à: www.tommydouglas.ca/>page_id=28. Accédé le 10 décembre 2009.
2. Harris Interactive . Is the U.S. health care system the “envy” of the world”? Not in Canada. Rochester, NY: Harris Interactive; 2009. Accessible à: www.harrisinteractive.com/vault/Harris-Interactive-Poll-Research-Canadian-HC-system-2009-08.pdf. Accédé le 10 décembre 2009.
3. Denver, CO: Colorado Health Insurance Insider; 2009. What Canadians think of their health care [Blogue] Accessible à: www.healthinsurancecolorado.net/blog1/2009/08/19/what-canadians-think-of-their-health-care/. Accédé le 10 décembre 2009.
4. Hemenway D. Regulation of firearms. N Engl J Med. 1998;339(12):843–5. [PubMed]
5. Schoen C, Osborn R. The Commonwealth Fund 2009 International Health Policy Survey of primary care physicians in eleven countries. New York, NY: The Commonwealth Fund; 2009. Accessible à: www.commonwealthfund.org/~/media/Files/Publications/In%20the%20Literature/2009/Nov/PDF_Schoen_2009_Commonwealth_Fund_11country_intl_survey_chart-pack_white_bkgd_PF.pdf. Accédé le 14 novembre 2009.. [PubMed]
6. Steinberg HA, Alvarez RC. Canada Health Infoway annual report 2007–2008. The e-volution of health care. Making a difference. Toronto, ON: Canada Health Infoway; 2009. Accessible à: www2.infoway-inforoute.ca/Documents/Infoway_Annual_Report_2007-2008_Eng.pdf. Accédé le 14 novembre 2009.
7. Cescon DW, Etchells E. Barcoded medication administration: a last line of defense. JAMA. 2008;299(18):2200–2. [PubMed]
8. Ulrich R, Quan X, Zimring C, Joseph A, Choudhary R. The role of the physical environment in the 21st century: a once in a lifetime opportunity. Report to the Center for Health Design for the Designing the 21st-Century Hospital Project. Concord, CA: The Centre for Health Design; 2004. Accessible à: www.healthdesign.org/research/reports/physical_environ.php. Accédé le 21 novembre 2009..
9. Detsky ME, Etchells E. Single-patient rooms for safe patient-centered hospitals. JAMA. 2008;300(8):954–6. [PubMed]
10. Medical Ward of the 21st Century [site Web] Calgary, AB: University of Calgary; 2010. Accessible à: www.w21c.org. Accédé le 21 novembre 2009.
11. Statistique Canada . Population with a regular medical doctor, by sex, provinces and territorie. Ottawa, ON: Statistique Canada; 2010. Accessible à: www40.statcan.gc.ca/l01/cst01/health76a-eng.htm. Accédé le 6 août 2010.
12. Barer ML, Stoddart GL. Toward integrated medical resource policies for Canada. Report prepared for Federal/Provincial/Territorial Conference of Deputy Ministers of Health. Vancouver, BC: Centre for Health Services and Policy Research; 1991.
13. Stoddart GL, Barer ML. Will increasing medical school enrolment solve Canada’s physician supply problems? CMAJ. 1999;161(8):983–4. [Article PMC gratuit] [PubMed]
14. Organisation de coopération et de développement économiques . OECD health data 2009—comparing health statistics across OECD countries. Paris, Fr: Organisation de coopération et de développement économiques; 2009. Accessible à: www.olis.oecd.org/olis/2009doc.nsf?ENGDATCORPLOOK/NT0000490A/$FILE/JT032627652.PDF. Accédé le 14 novembre 2009.
15. Ottawa, ON: CanWest MediaWorks Publications Inc; 2008. The Ottawa Citizen. CMA hopes ad blitz will heal doctor shortage. Accessible à: www.canada.com/ottawacitizen/news/story.html?id=02bfd235-e330-4e81-8187-3f86999d8098. Accédé le 10 décembre 2009.
16. The Commonwealth Fund . The 2008 Commonwealth Fund International Health Policy Survey of sicker adults. New York, NY: The Commonwealth Fund; 2008. Accessible à: www.commonwealthfund.org/Content/Surveys/2008/2008-Commonwealth-Fund-International-Health-Policy-Survey-of-Sicker-Adults.aspx. Accédé le 14 novembre 2009.
17. Fazel R, Krumholz HM, Wang Y, Ross JS, Chen J, Ting HH, et al. Exposure to lower-dose ionizing radiation from medical imaging procedures. N Engl J Med. 2009;361(9):849–57. [Article PMC gratuit] [PubMed]
18. Kwong JC, Manuel DG. Using OHIP physician billing claims to ascertain individual influenza vaccination status. Vaccine. 2007;25(7):1270–4. Cyberpub. 19 octobre 2006. [PubMed]
19. Wang L, Nie JX, Upshur REG. Determining use of preventive health care in Ontario. Comparison of rates of 3 maneuvers in administrative and survey data. Can Fam Physician. 2009;55:178–9.el-5. Accessible à: www.cfp.ca/cgi/reprint/55/2/178. Accédé le 29 juillet 2010. [Article PMC gratuit] [PubMed]
20. Genuis SJ. An ounce of prevention. A pound of cure for an ailing health care system. Can Fam Physician. 2007;53:597–9. 605–7. (ang) (fr). [Article PMC gratuit] [PubMed]
21. Joe Chemo [site Web] Accessible à: www.joechemo.org. Accédé le 22 novembre 2009..
22. James PD, Wilkins R, Detsky AS, Tugwell P, Manuel DG. Avoidable mortality by neighbourhood income in Canada: 25 years after the establishment of universal health insurance. J Epidemiol Community Health. 2007;61(4):287–96. [Article PMC gratuit] [PubMed]
23. Gallet CA, List JA. Cigarette demand: a meta-analysis of elasticities. Health Econ. 2003;12(10):821–35. [PubMed]
24. The World Bank Curbing the epidemic: governments and the economics of tobacco control. Tob Control. 1999;8(2):196–201. [Article PMC gratuit] [PubMed]
25. Cutler DM. Your money or your life. New York, NY: Oxford University Press; 2004.
26. Ross JS, Detsky AS. Health care choices and decisions in the United States and Canada. JAMA. 2009;302(16):1803–4. [Article PMC gratuit] [PubMed]

Articles from Canadian Family Physician are provided here courtesy of College of Family Physicians of Canada