PMCCPMCCPMCC

Search tips
Search criteria 

Advanced

 
Logo of pchealthLink to Publisher's site
 
Paediatr Child Health. 1998 Mar-Apr; 3(2): 134–135.
PMCID: PMC2851285

Les substances inhalées

Toutes les substances inhalées ont une chose en commun : elles contiennent des produits chimiques qui n’ont pas été conçus pour être consommés. Pourquoi donc ferait-on exprès de respirer des produits chimiques toxiques? Comme les utilisateurs d’autres drogues, les consommateurs de substances inhalées essaient de «se défoncer».

QUELS SONT LES EFFETS DES SUBSTANCES INHALÉES?

En général, les effets des substances inhalées ne durent que quelques minutes, à moins que l’utilisateur n’inhale de manière répétée. Les substances inhalées ont d’abord un effet stimulant. L’utilisateur qui continue à inhaler peut se sentir étourdi et éprouver des difficultés à marcher. Il arrive que les utilisateurs deviennent agressifs ou qu’ils voient des choses qui n’existent pas. Des produits chimiques puissants ou une inhalation répétée peuvent provoquer un évanouissement. Un utilisateur peut aussi mourir subitement en respirant une substance inhalée.

D’importantes quantités de produits chimiques toxiques pénètrent dans les poumons de la personne qui respire des substances inhalées. Elles passent du débit sanguin au cerveau, où elles endommagent et tuent des cellules nerveuses. La quantité de vapeur toxique que le jeune respire dépasse largement la quantité jugée sécuritaire, même en milieu de travail. Il peut falloir jusqu’à deux semaines pour que l’organisme se débarrasse d’une partie des produits chimiques contenus dans les substances inhalées. Celles-ci sont surtout évacuées de l’organisme par l’expiration. C’est pourquoi l’haleine des utilisateurs sent souvent les produits chimiques. Les substances inhalées sont également évacuées par l’urine.

Les effets à court terme des substances inhalées sont :

  • les maux de tête, les nausées et les vomissements,
  • la perte d’équilibre,
  • les étourdissements,
  • les troubles d’élocution et un débit lent,
  • les sautes d’humeur,
  • les hallucinations.

Les substances inhalées peuvent causer des dommages plus graves au fil du temps, comme :

  • une perte de concentration,
  • une perte de la mémoire à court terme,
  • une perte auditive,
  • des spasmes musculaires,
  • des lésions cérébrales permanentes,
  • la mort.

Des produits ménagers sont inhalés couramment, dont :

  • les aérosols de cuisine,
  • le liquide correcteur,
  • les désinfectants,
  • les produits protecteurs pour le tissu,
  • les marqueurs à pointe de feutre,
  • les polis et les cires pour meuble,
  • les produits pour nettoyer le four,
  • les assainisseurs d’air,
  • les désodorisants en aérosol,
  • les fixatifs,
  • les dissolvants pour vernis à ongles,
  • les bombes aérosol sous pression,
  • le butane,
  • l’essence,
  • les colles et les adhésifs,
  • les peintures et les diluants,
  • les fluides frigorigènes (le fréon),
  • les décapants à rouille,
  • les peintures en aérosol.

COMMENT LES SUBSTANCES INHALÉES TUENT-ELLES ?

Personne ne peut prévoir la quantité de substance inhalée qu’il faut pour tuer. Un jeune peut en respirer une certaine quantité et sembler en forme, mais peut mourir à l’utilisation suivante.

La Texas Commission on Drug and Alcohol Abuse fait état des façons suivantes dont les substances inhalées peuvent tuer :

  • par asphyxie : Les vapeurs des solvants peuvent provoquer l’arrêt de la respiration par manque d’oxygène.
  • par étouffement : Les utilisateurs peuvent s’étouffer dans leurs vomissures.
  • par suffocation : Ce phénomène est plus courant parmi les personnes qui inhalent dans des sacs de plastique.
  • par suite de blessures : Les substances inhalées peuvent favoriser l’imprudence ou l’agressivité, ce qui suscite souvent des comportements risquant de blesser ou de tuer, comme la conduite dangereuse d’un véhicule ou des sauts de très grandes hauteurs. Les adolescents peuvent également se brûler ou même se tuer si quelqu’un allume une cigarette pendant qu’ils «sniffent» du butane, de l’essence ou d’autres substances inflammables.
  • par un suicide : Le retour à l’état normal donne parfois lieu à un sentiment de dépression susceptible d’inciter au suicide.
  • par un arrêt cardiaque : Les produits chimiques contenus dans les substances inhalées peuvent faire battre le coeur très vite et de manière irrégulière, jusqu’à ce qu’il s’arrête. C’est l’arrêt cardiaque. L’une des raisons de ce phénomène, c’est que sans qu’on sache pourquoi, les substances inhalées rendent le coeur ultrasensible à l’adrénaline. (L’adrénaline est une hormone que produit l’organisme, généralement en réaction à la frayeur, à l’excitation ou à la surprise.) Une brusque poussée d’adrénaline combinée avec des substances inhalées peut provoquer un arrêt cardiaque instantané. Cette «mort subite après inhalation volontaire» est responsable de plus de la moitié des décès attribuables aux substances inhalées.

Les substances inhalées comportent un autre danger, très réel : Elles incitent souvent les jeunes à essayer d’autres drogues, dont les effets sont plus intenses et plus permanents.

Extraits imprimés avec la permission de Inhalant Abuse: Your Child and Drugs, Guidelines for Parents (Elk Grove Village: American Academy of Pediatrics, 1996).

POUR OBTENIR D’AUTRES RENSEIGNEMENTS SUR LES SUBSTANCES INHALÉES, PRENEZ CONTACT AVEC :

  • la Fondation de la recherche sur la toxicomanie, tél. : 1 800 661-1111, (416) 595-6059, téléc. : (416) 593-4694, site Web : http://www.arf.org,
  • le Centre canadien de lutte contre les toxicomanies, tél. : (613) 235-4048, téléc. : (613) 235-8101, site Web : http://www.csa.ca,
  • les First Nations and Inuit Health Programs, National Clearinghouse Catalogue, téléc. : (613) 954-8107, site Web : http//:www.hc_sc.gc.ca/msb/fnihp,
  • votre centre antipoison local.

Footnotes

Ces renseignements ne devraient pas remplacer les soins et les conseils médicaux de votre médecin. Ce dernier peut recommander des variations au traitement tenant compte de la situation et de l’état de votre enfant.

Cette information peut être reproduite sans permission pour une utilisation educative non commerciale et partagée avec les patients et leur famille.


Articles from Paediatrics & Child Health are provided here courtesy of Pulsus Group