PMCCPMCCPMCC

Search tips
Search criteria 

Advanced

 
Logo de canrespjCanadian Respiratory Journal
 
Can Respir J. 2009 Nov-Dec; 16(6): 179–180.
French.
PMCID: PMC2807789

Bilan de l’année

Michel Rouleau, MD, Président

Ce fut un plaisir et un honneur pour moi que de siéger à la présidence de la Société canadienne de thoracologie (SCT) depuis un an. J’ai été témoin de la croissance et de la consolidation de nombreuses activités de la SCT et j’ai participé à de nombreux processus qui, à mon avis, auront des effets importants sur l’avenir de la SCT. Dans ma dernière page du président, je tiens à souligner quelques-unes des principales réalisations de la SCT en 2008–2009.

  • Le comité de planification à long terme, présidé par Darcy Marciniuk, a dirigé le processus de révision de la gouvernance, qui harmonisera de manière plus efficace la structure du conseil et des comités avec le plan stratégique de SCT. Le comité de planification à long terme a travaillé en étroite collaboration avec le comité directeur de la SCT dans le cadre de réunions et de téléconférences tout au long de l’année. Récemment, il a tenu une consultation auprès de ses membres. Les commentaires réfléchis qui en ont découlé permettront d’améliorer le projet et d’orienter l’élaboration de paramètres pour le nouveau modèle. Je suis vraiment enthousiaste devant la nouvelle structure proposée et j’ai notamment hâte de voir l’évolution de nos nouvelles assemblées cliniques. Je pense et j’espère que le nouveau modèle sera approuvé à l’assemblée générale annuelle, et j’ai également confiance que cette nouvelle structure renforcera et favorisera la consolidation de nos trois piliers : l’éducation, la recherche et les lignes directrices.
  • Présidé par Louis-Philippe Boulet, le comité des lignes directrices respiratoires canadiennes (CLRC) a continué de démontrer du leadership dans le domaine des lignes directrices respiratoires probantes et de la transmission du savoir. Non seulement le CLRC a-t-il lancé un plan d’action bien réfléchi pour la conception, la mise en œuvre et l’évaluation des lignes de pratique cliniques, mais il a également mis au point une stratégie de financement centralisée qui lui permet d’attribuer des fonds avec plus d’efficacité dans tous les comités propres aux maladies de la SCT, de manière à éliminer les biais réels ou perçus et d’assurer le soutien de la diffusion et de la mise en œuvre des activités. En avril 2009, le CLRC a tenu sa première réunion annuelle sur les lignes directrices, conjointement avec le Congrès canadien sur la santé respiratoire et avec le 2e symposium annuel sur la méthodologie, ce qui donne l’occasion aux membres du comité des lignes directrices de se former à l’utilisation d’outils de pointe pour la création des lignes de pratique clinique.
  • Le comité du perfectionnement professionnel, présidé par Satyendra Sharma, a beaucoup travaillé à l’élaboration de politiques et de marches à suivre pour garantir le respect des normes établies par le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada dans le cadre des programmes de formation et de perfectionnement professionnel. Par conséquent, la SCT a été agréée pour une période de cinq ans. La formation est un volet essentiel des activités et des services aux membres de la SCT. Je suis ravi que le comité continue de renforcer les capacités de la SCT de fournir des programmes de formation médicale continue de haute qualité et solides sur le plan éthique.
  • En collaboration avec le comité de direction de la SCT, le comité de recherche, présidé par Irvin Mayers, a entrepris de concevoir un programme national de recherche respiratoire et a créé un comité directeur, codirigé par le docteur Shawn Aaron (Consortium canadien de recherche clinique en pneumologie) et le docteur Andrew Halayko (comité de recherche de la SCT) pour diriger ce processus. Le comité directeur a organisé une réunion nationale (en novembre 2009) sous forme de symposium scientifique, intitulé The State of the Art: Pulmonary Medicine Research in Canada, ainsi qu’une réunion des principaux intervenants du pays qui prépareront ensemble un programme de recherche national en pneumologie.
  • Le comité directeur de la SCT a travaillé en étroite collaboration avec le docteur Nicholas Anthonisen, rédacteur en chef de la Revue canadienne de pneumologie (RCP), le comité de rédaction de la RCP et l’éditeur (Pulsus Group Inc.) à une stratégie de renouvellement du RCP, afin de renforcer sa position à titre de revue officielle de la SCT. Plus précisément, ils ont conçu des stratégies pour réaliser les objectifs suivants :
    • ○ diversifier le contenu de la RCP grâce à des collaborations avec les comités de la SCT et des organisations externes;
    • ○ s’assurer de la première publication de toutes les lignes directrices de la SCT dans la RCP avant leur diffusion et leur mise en œuvre par divers moyens et dans diverses revues;
    • ○ déterminer et accroître le facteur d’impact de la RCP;
    • ○ produire et maintenir des revenus de publicités.

Ces faits saillants ne sont que quelques-unes des réalisations de l’année. Je peux vous assurer qu’il se passe beaucoup d’autres choses à la SCT ! Pour mieux comprendre les réalisations de la SCT au cours de la dernière année, consultez le rapport annuel de la SCT à la page « À propos de la SCT » du site <www.poumon.ca/sct>.

Aucune des réalisations soulignées ci-dessus et dans le rapport annuel n’aurait été possible sans le dévouement et l’engagement de tous les présidents et membres bénévoles des comités. Au nom du comité directeur de la SCT, je leur lève mon chapeau et les remercie sincèrement.

Je me prépare maintenant à transmettre le flambeau au docteur Denis O’Donnell, qui exercera la présidence en 2009–2010. J’en suis heureux, car j’ai confiance en ses capacités de diriger la SCT et de continuer d’en renforcer la position à titre de chef de file de la communauté nationale de la pneumologie. Ses réalisations en recherche et ses qualités de chef démontrées en font le candidat idéal pour maintenant assurer la présidence de la SCT et mettre en évidence l’amélioration de la recherche clinique dans le programme national de recherche. Je suis également convaincu qu’il sera inébranlable dans son soutien des grandes activités de la SCT en matière de recherche, de lignes directrices et de formation.

Sous la gouverne du docteur O’Donnell, d’un groupe d’experts bénévoles engagés et d’une solide équipe d’employés, la SCT continuera de prospérer, et la santé pulmonaire au Canada ne pourra que s’en sentir mieux !

Je vous remercie de m’avoir accordé le privilège d’occuper la présidence de la SCT en 2008–2009.

Respectueusement,


Articles from Canadian Respiratory Journal are provided here courtesy of Hindawi Publishing Corporation