PMCCPMCCPMCC

Search tips
Search criteria 

Advanced

 
Logo de canfamphysLink to Publisher's site
 
Can Fam Physician. 2008 avril; 54(4): 655.
French.
PMCID: PMC2294106

Jeunesse éternelle

Cal Gutkin, MD CCMF(MU) FCMF, DIRECTEUR GÉNÉRAL ET CHEF DE LA DIRECTION
Fichier externe contenant une image, une illustration, etc.,
se présentant habituellement sous la forme d'un objet binaire quelconque.
 Le nom de l'objet concerné est 655fig1.jpg

Nous ne pouvons pas toujours préparer l’avenir pour nos jeunes, mais nous pouvons préparer nos jeunes pour l’avenir.

Franklin D. Roosevelt (traduction libre)

Rien n’est plus bénéfique pour une personne ou une organisation que de rester jeune tout en prenant de la maturité.

Les sections des étudiants en médecine et des résidents du Collège tiennent 2 fois l’an leur assemblée du conseil et des séances de perfectionnement du leadership. Ceux qui ont la chance d’y assister en ressortent inspirés et axés sur l’avenir de la médecine familiale. Avant tout, ce sont les gens pour qui et avec qui nous devons bâtir cet avenir.

Après ces rencontres, je me demande toujours pourquoi nous nous inquiétons de l’avenir de la médecine familiale. Nos médecins de famille de demain sont déterminés à servir les Canadiens avec art et compassion, qualités souhaitées chez un médecin de famille, et essentielles au leadership de notre discipline et du Collège. Ils aiment ce qu’ils font aujourd’hui et sont optimistes pour l’avenir. Leur priorité actuelle est de terminer leurs études de médecine et leur résidence en médecine familiale. Certains poursuivront une formation additionnelle pour répondre aux besoins de populations définies, d’autres vivront des expériences de pratique temporaires pour continuer leur apprentissage et faire l’essai de nouveaux milieux de vie. Bon nombre sont prêts à établir leur pratique là où ils ont toujours rêvé de le faire. Certains offriront une vaste gamme de services, d’autres centreront leur pratique sur des besoins ou intérêts particuliers. Plusieurs disent que cette flexibilité compte parmi les raisons de leur choix de la médecine familiale.

Autrefois, les nouveaux diplômés prenaient du temps avant de s’engager définitivement dans une pratique. Ils étaient valorisés et soutenus en début de carrière, qu’ils exercent dès le départ ou qu’ils poursuivent d’autres objectifs. Les médecins expérimentés reconnaissaient que les nouveaux diplômés avaient rarement toutes les habiletés voulues pour la profession et les accueillaient à bras ouverts dans leur pratique pour les aider à perfectionner leurs compétences et à prendre de l’assurance.

Le monde d’aujourd’hui n’est pas si accommodant. Les besoins désespérés d’effectifs médicaux exercent des pressions sur les nouveaux médecins pour qu’ils s’engagent immédiatement dans une pratique permanente. On s’attend à ce qu’ils soient des produits «finis», ayant un bagage complet d’habiletés cliniques et un degré de maturité médicale qui prenaient des années de pratique à atteindre par le passé. Ils sont souvent recrutés pour dispenser des services qui ne sont plus offerts par la population déclinante de médecins. Ils se font souvent critiquer parce qu’ils limitent leurs heures de travail.

Même si chaque médecin a la responsabilité de contribuer à répondre aux besoins médicaux de notre pays, une part de ce que nous attendons des nouveaux diplômés est injuste. Ils ne devraient pas être tenus de combler toutes les lacunes d’un système laissé dramatiquement pour compte par le manque de vision des planificateurs depuis des décennies.

L’âge est sot et sans mémoire quand il sous-estime la jeunesse.

J.K. Rowling, Harry Potter et le Prince de sang mêlé (traduction libre)

Pourtant, beaucoup de nos jeunes collègues sont moins désillusionnés que leurs aînés. La plupart ont observé attentivement l’arène, évalué ses effets sur leurs prédécesseurs et décidé d’un plan d’action. Ils sont grandement satisfaits des connaissances et des habiletés acquises dans leur formation, et sont confiants d’être d’excellents médecins. Ils sont fermement déterminés à respecter et à protéger leur santé personnelle et familiale - une importante différence générationnelle. Contrairement à leurs modèles plus âgés, ils ne travailleront pas 70 ou 80 heures par semaine. Ils épousent le concept des équipes multidisciplinaires avec un enthousiasme observé plus rarement chez les plus expérimentés. Ils sont stimulés à l’idée d’obtenir la certification et ont hâte de respecter leurs engagements à l’endroit de l’apprentissage permanent et du maintien du certificat. Ils applaudissent la reconnaissance de la médecine familiale à titre de spécialité au même titre que les disciplines du Collège royal, une réussite à laquelle ils ont contribué.

Nos jeunes médecins sont à l’origine de nombreuses politiques récemment approuvées par notre conseil, telles que la reconnaissance de la médecine familiale comme spécialité, les pratiques à habiletés ajoutées, le travail en équipe, les dossiers médicaux électroniques et les nouveaux modes de rémunération. Leurs idées stratégiques progressistes, combinées à leurs espoirs et à leurs rêves qui ne sont pas entravés par la parfois fausse sécurité de la tradition, ont porté fruit.

Chaque année, le Forum en médecine familiale accueille des centaines d’étudiants et de résidents. Les «vétérans» nous disent qu’ils aiment bien ce contact qui ranime leur propre satisfaction d’être médecins de famille. Nous sommes leurs enseignants, leurs mentors et leurs modèles, mais ils nous en apportent autant que nous leur en donnons.

Jeunes, nous apprenons; âgés, nous comprenons.

Marie Ebner von Eschenbach (traduction libre)

Notes en bas de page

This article is also in English on page 656.


Articles from Canadian Family Physician are provided here courtesy of College of Family Physicians of Canada