PMCCPMCCPMCC

Search tips
Search criteria 

Advanced

 
Logo de canfamphysLink to Publisher's site
 
Can Fam Physician. 2007 décembre; 53(12): 2101–2103.
French.
PMCID: PMC2231536

Faut-il circoncire les nouveau-nés?

NON

Pendant des millénaires, le rite de la circoncision s’effectuait pour des motifs religieux. À la fin des années 1800, les médecins ont commencé à circoncire les petits garçons pour des raisons dites «médicales», principalement dans l’espoir que l’intervention réduirait la masturbation. Avec le temps, certains ont prétendu que ce serait dans l’intérêt de la santé collective, parce que la circoncision systématique réduirait le risque d’infections transmises sexuellement. Des années plus tard, une association était faite entre les infections des voies urinaires (IVU) durant la première année de vie et la présence ou l’absence du prépuce. De nos jours, le débat est à nouveau alimenté par les révélations voulant que les Africains soient moins susceptibles de contracter le sida à l’âge adulte s’ils sont circoncis.

Parmi d’autres raisons souvent invoquées figurent une meilleure hygiène ou la ressemblance de bébé avec papa («C’est une tradition dans ma famille», comme me l’a dit récemment une de mes patientes). La circoncision pour des motifs religieux est une question bien distincte quoique, selon un article du Globe and Mail1, même dans ces circonstances, il y aurait lieu d’y réfléchir une deuxième fois.

Évaluation critique

Certaines des raisons invoquées ne sont pas étayées par des études convaincantes. Je crois que très peu d’entre nous recommanderions une intervention chirurgicale pour prévenir la masturbation. De plus, la circoncision pour des questions d’hygiène équivaut à enlever toutes les dents pour prévenir la plaque et les caries! À ma connaissance, rares sont les nourrissons et les toutpetits dont les organes génitaux ressemblent à ceux de leur père et je ne connais aucune étude qui démontre que cette différence cause des problèmes psychologiques.

Il est vrai que la circoncision réduit par un facteur de 10 le risque d’IVU chez les bébés garçons de moins d’un an2. Il faut cependant être circonspect quand on parle de réduction du risque relatif. Selon Christakis et collègues3, il faudrait circoncire 100 nouveau-nés pour prévenir 1 IVU. En se fondant sur leur calcul du nombre nécessaire pour traiter par opposition au nombre nécessaire pour nuire, pour chaque complication d’une circoncision, 6 IVU seraient prévenues. Or, les antibiotiques ne seraientils pas moins douloureux?

La plupart des parents veulent certainement protéger leurs fils contre les dangers du sida. Il n’est donc pas surprenant de voir le grand intérêt suscité par les études démontrant que les hommes circoncis (en Afrique) sont moins susceptibles de contracter la maladie4,5. Ces données s’appliquentelle au Canada?

La circoncision des hommes adultes réduisait de moitié leur risque d’être infecté au VIH, de 4,2% à 2,1%, dans l’étude au Kenya4. Cela représente 47 hommes non circoncis infectés sur 1 393 et 22 hommes circoncis sur 1 391. En Ouganda5, la baisse du taux d’infection se situait aussi à 50%, de 45 hommes non circoncis sur 2 522 à 22 hommes circoncis sur 2 474 (ou peutêtre que le dénominateur se rapproche plus de 900 dans l’étude ougandaise, car il semble qu’il y ait eu un taux assez élevé de désistement au bout de 24 mois). Si la réduction du risque relatif exprimée en chiffres est des plus impressionnantes, c’est beaucoup d’interventions chirurgicales. Le nombre à traiter selon ces études était de 55 environ.

On peut aussi se demander quels étaient les nombres relatifs d’exposition possible à une infection au VIH dans ces deux groupes. Il se peut qu’il y ait une réduction de l’incidence possible de transmission du VIH dans le groupe d’hommes participant à l’étude.

L’incidence repère du VIH dans ces études était de 1,6%. Au Canada, avec une population de 32 930 000 et plus6, et un nombre maximum de nouveaux cas de VIH estimé à 4 500 en 20057, l’incidence de base est de 0,013 et le nombre nécessaire à traiter est de plus de 5 000. Cela se traduit par la circoncision de 5 000 hommes adultes pour prévenir 1 nouveau cas d’infection au VIH. Il n’est pas possible d’appliquer ces mêmes données à la circoncision des nouveau-nés.

Le taux repère de complications de la circoncision des nouveau-nés se situe entre 0,2% et 10% au moment de la chirurgie et de 5% pour les complications ultérieures de sténose méatique. Il s’agit la plupart du temps d’hémorragies au moment de l’intervention, mais il peut aussi y avoir des cas d’amputation du gland, d’insuffisance rénale aiguë et de sepsie2. Sur 5 000 cir-concisions de nouveau-nés, il se produira entre 10 et 500 complications, de divers degrés de gravité.

Résumé

Les études au Kenya et en Ouganda font valoir une réduction de l’acquisition du VIH chez les hommes cir-concis à l’âge adulte dans ces pays. Les données ne se prêtent pas bien à une extrapolation à la circoncision chez le nouveau-né, surtout dans des régions où le ris-que d’infection au VIH est faible à tous les âges.

Puisqu’il existe de très bonnes options pour le diagnostic et le traitement des infections urinaires chez le nouveau-né et le petit enfant, il n’est pas nécessaire de procéder à une prophylaxie chirurgicale. Ce concept me rappelle le commentaire d’un collègue chirurgien: «S’il existe un traitement médical et un traitement chirurgical, pourquoi choisirait-on un traitement médical?»

Même si des données scientifiques indiquent que la circoncision procure certains bienfaits pour la santé, les faits continuent de démontrer que, pour les petits garçons nés au Canada, où les antibiotiques sont facilement accessibles, les préjudices physiques sont plus importants que l’avantage à long terme de protéger contre le VIH et les IVU.

Les questions déontologiques entourant l’ablation de tissus sains de patients qui ne peuvent pas donner leur consentement à l’intervention constituent un autre débat. On ne peut que s’imaginer l’indignation générale si les bébés filles devaient subir une chirurgie cosmétique dans les jours suivant leur naissance. Les bébés garçons mériteraientils moins de respect?

Notes

CONCLUSIONS FINALES

  • Il est démontré que la circoncision réduit le taux d’infection au VIH chez l’homme adulte et les infections des voies urinaires chez le nouveau-né.
  • La circoncision est une intervention chirurgicale qui comporte des risques et cause de la douleur.
  • Les préjudices de la circoncision néonatale systé-matique continuent d’être plus importants que les bienfaits.
  • Nous ne tolérerions pas la chirurgie génitale systé-matique chez les bébés filles (et nous ne la tolérons pas au Canada); pourquoi la toléronsnous chez les bébés garçons?

Notes en bas de page

Intérêts concurrents

Aucun déclaré

Les parties à ce débat auront la possibilité de réfuter les arguments de leur opposant dans Réfutation, qui paraîtra dans un prochain numéro.

Références

1. Mick H. Jewish, and uncircumcised. The Globe and Mail. 22 mai 2007:Sect. L:1.
2. Comité des fœtus et des nouveau-nés, Société canadienne de pédiatrie. Neonatal circumcision revisited. CMAJ. 1996;154(6):769–80. [Article PMC gratuit] [PubMed]
3. Christakis DA, Harvey E, Zerr DM, Feudtner C, Wright JA, Connell FA. A tradeoff analysis of routine newborn circumcision. Pediatrics. 2000;105(1 Pt 3):246–9. [PubMed]
4. Bailey RC, Moses S, Parker CB, Agot K, Maclean I, Krieger JN, et al. Male circumcision for HIV prevention in young men in Kisumu, Kenya: a randomised controlled trial. Lancet. 2007;369(9562):643–56. [PubMed]
5. Gray RH, Kigozi G, Serwadda D, Makumbi F, Watya S, Nalugoda F, et al. Male circumcision for HIV prevention in men in Rakai, Uganda: a randomised trial. Lancet. 2007;369(9562):657–66. [PubMed]
6. Statistique Canada. Welcome to Statistics Canada [site Web] Ottawa, ON: Statistique Canada; 2007. [Accédé le 6 septembre 2007]. Accessible à: www.statcan.ca/menuen.htm.
7. Agence de la santé publique du Canada. HIV and AIDS in Canada. Surveillance report to December 31, 2006. Ottawa, ON: Agence de la santé publique du Canada; 2007. [Accédé le 25 octobre 2007]. Accessible à: http://www.phac-aspc.gc.ca/aids-sida/publication/survreport/pdf/survrep1206.pdf.

Articles from Canadian Family Physician are provided here courtesy of College of Family Physicians of Canada