PMCCPMCCPMCC

Search tips
Search criteria 

Advanced

 
Logo de canfamphysLink to Publisher's site
 
Can Fam Physician. 2007 janvier; 53(1): 184–185.
French.
PMCID: PMC1952572

La continuité de la communauté

Tom Bailey, MD, CCFP, FCFP
Fichier externe contenant une image, une illustration, etc.,
se présentant habituellement sous la forme d'un objet binaire quelconque.
 Le nom de l'objet concerné est 184fig1.jpg

Un des 4 principes de la médecine familiale définit la spécialité comme une discipline communautaire. Mais qu’est-ce exactement qu’une communauté?

L’étymologie du mot est probablement latine, combinant «cum» signifiant «ensemble, entre nous» et «munus» qui veut dire «cadeau». Le mot signifie littéralement «se donner entre nous».

Il existe, bien sûr, de nombreuses définitions de communauté. Je peux en cerner 3 qui sont particulièrement significatives:

  • un groupe de personnes qui vivent dans une localité particulière;
  • un groupe de personnes qui ont en commun des caracté-ristiques ethniques, culturelles ou religieuses;
  • un ensemble de personnes occupant une même profession ou un même métier.

Avoir le sens de la communauté implique un partage de soimême, un équilibre entre ses propres intérêts et les intérêts communs du groupe. Les communautés sont façonnées par la capacité des individus de rechercher activement cet équilibre. Qu’il s’agisse des convictions, des ressources, des besoins, des risques ou d’autres choses, il y aura partage.

Les communautés ne sont pas simplement la somme des personnes qui la forment. Les communautés sont dynamiques. Les communautés sont interdépendantes. Les communautés ont le potentiel d’être très puissantes.

Même si une communauté peut être reliée à un emplacement et à un moment en particulier, elle est aussi reliée, à un niveau plus profond, aux antécédents personnels de ses membres individuels et à l’histoire commune de la communauté ellemême. Au sein des communautés géographiques, il se trouve de multiples communautés culturelles qui, à leur tour, pourraient être reliées à d’autres communautés. Ces liens sont presque infinis.

L’«ensemble de personnes occupant une même profession, un même métier» est un exemple précis de tels liens transversaux. Ce Collège réunit des médecins de famille d’un océan à l’autre — et même dans le monde entier grâce à ses partenariats avec l’Organisation mondiale des médecins de famille — alors que, en tant que médecins de famille, nous sommes aussi reliés aux populations de nos propres communautés géographiques ou culturelles.

Principes d’une communauté

Permettez-moi de citer des extraits du principe de la médecine familiale qui traite de la communauté: «L’exercice de la médecine familiale se déroule dans la communauté et est fortement influencé par les facteurs communautaires». «Étant membre de la communauté, le médecin de famille est capable de répondre aux besoins changeants des individus, de s’adapter rapidement aux circonstances changeantes et de mobiliser les ressources appropriées pour répondre aux besoins des patients». Enfin, il est énoncé que: «Le médecin de famille se considère comme partie intégrante du réseau communautaire des intervenants en soins de santé et il est qualifié pour collaborer soit comme membre de l’équipe, soit comme coordonnateur de l’équipe».

Les médecins de famille ne sont pas séparés de leurs communautés — ils sont membres à part entière des communautés qu’ils servent. Et que dire des relations entre les 3 autres principes de la médecine familiale et la communauté?

Le médecin de famille est un clinicien compétent

Une des habiletés en cause se situe dans la capacité de «rechercher la maladie avec sensibilité, compétence et une démarche appropriée». Pour ce faire, il faut connaître les maladies particulières retrouvées dans la communauté et la démographie. La géographie et le climat nous aident à définir cette habileté.

Le médecin de famille est une ressource pour une population définie de patients

Cela exige que le médecin considère ses patients comme une «population à risque», qu’il s’agisse d’un sousgroupe d’une population entière, comme les toxicomanes qui s’injectent, ou les personnes ayant des problèmes de santé mentale ou encore l’ensemble d’une communauté rurale ou un segment d’une population de banlieue à risque moyen. Il s’agit toujours d’une population définie de patients. Le principe décrit la responsabilité de défendre les intérêts de la population en matière de santé et d’accepter un rôle dans l’attribution des ressources en tenant compte des besoins de l’individu, mais aussi de ceux de l’ensemble de la communauté.

La relation médecin-patient constitue l’essence du rôle du médecin de famille

Ce principe semble s’appliquer seulement à une relation unique: celle entre le patient et le médecin. Mais la culture joue un rôle prépondérant en définissant les valeurs des deux personnes, et la culture découle des valeurs et de l’histoire de la communauté. Les médecins et les patients pourraient bien être ancrés dans des communautés géographiques ou culturelles différentes. Mais l’espace entre le médecin et le patient est rempli de communauté d'idées et de sentiments.

Un monde en évolution

Cette situation a de profondes répercussions sur les médecins de famille. En tant que médecins de famille, nous connaissons tous nos communautés de fond en comble. Nous comprenons la continuité de la communauté. Nous avons un rôle dans la définition de ce qui est nécessaire et dans le façonnement de l’avenir.

Durant mon mandat à titre de président, j’ai hâte de visiter des médecins de famille dans les communautés de toutes les régions de ce grand pays. Je veux développer le thème de la communauté, en ce qui concerne l’organisation de la médecine, les endroits où nous exerçons et les personnes que nous servons, nos patients. J’espère pouvoir contribuer à mettre en évidence comment «nous nous donnons entre nous», comment les communautés contribuent à faire de nous des médecins de famille.


Articles from Canadian Family Physician are provided here courtesy of College of Family Physicians of Canada