PMCCPMCCPMCC

Search tips
Search criteria 

Advanced

 
Logo de canfamphysLink to Publisher's site
 
Can Fam Physician. 2007 juillet; 53(7): 1142–1143.
French.
PMCID: PMC1949284

Réfutation: Devrait-on offrir aux Canadiens le dépistage systématique du cancer de la prostate?

NON
Michel Labrecque, MD PhD CCFP FCFP, France Légaré, MD PhD CCFP FCFP, et Michel Cauchon, MD CCFP FCFP

Nous sommes d’accord que le bien-fondé du dépistage systématique repose sur l’importance de la maladie, une méthode efficace de détection précoce et la disponibilité d’un traitement précoce ayant un impact significatif sur la mortalité. Toutefois, en 2007, la prise de décision éclairée de consentir ou non à ce dépistage est essentielle. Pour ce faire, il faut que toutes les données probantes sur les bénéfices et les risques du dépistage soient présentées clairement, ce que nous avons fait dans notre article.1

L’utilisation de l’antigène prostatique spécifique est de plus en plus remise en question. Plusieurs études et revues récentes soulèvent les limites importantes de ce marqueur tant pour la détection que pour le pronostic du cancer de la prostate.26

L’efficacité du traitement par prostatectomie d’un cancer localisé sur la mortalité par cancer de la prostate est modeste.7 La réduction de mortalité exprimée seulement en terme relatif (diminution de 50%) est trompeuse et peu utile pour communiquer les faits au patient. Tel qu’illustré dans notre article,1 chez 100 patients qui ont subi une prostatectomie, après 10 ans, seulement 5 en bénéficie réellement et 95 l’ont fait pour rien, tout en risquant ses effets secondaires importants!

Il est prématuré d’attribuer au dépistage la réduction de la mortalité par cancer de la prostate observée dans certaines populations. En l’absence des résultats des essais cliniques randomisés en cours, l’insuffisance de preuves appuyant le bienfondé du dépistage systématique est constamment répétée et à raison.4,8,9

Nous ne pouvons faire fi de l’impact négatif de la détection des cancers «à bas risque» chez des hommes jusque là en bonne santé. Il n’est malheureusement pas possible de dire à un patient qui envisage le dépistage du cancer de la prostate s’il en tirera plus d’avantages que de désavantages. Simplement poser le diagnostic de cancer de la prostate porte atteinte à la qualité de la vie.10

À la lumière des connaissances actuelles, le dépistage du cancer de la prostate prescrit de façon systématique ne peut se justifier. Notre rôle consiste à communiquer à nos patients de façon claire et balancée les bénéfices et les risques associés au dépistage, tout en vérifiant leur compréhension, leurs valeurs et leurs préférences. Nous les aiderons ainsi à prendre une décision avec laquelle ils seront confortables quelle qu’en soit l’issue. Cette approche a fait ses preuves.11

Notes en bas de page

Intérêts concurrents

Aucun déclaré

Références

1. Labrecque M, Légaré F, Cauchon M. Devraiton offrir aux Canadiens le dépistage systématique du cancer de la prostate? Non [Débats] Can Fam Physician. 2007;53:989–92. (ang), 994–7 (fr) [Article PMC gratuit] [PubMed]
2. Thompson IM, Ankerst DP, Chi C, Lucia MS, Goodman PJ, Crowley JJ, et al. Operating characteristics of prostate-specific antigen in men with an initial PSA level of 3.0 ng/ml or lower. JAMA. 2005;294(1):66–70. [PubMed]
3. Thompson KE, Hernandez J, Canby-Hagino ED, Troyer D, Thompson IM. Prognostic features in men who died of prostate cancer. J Urol. 2005;174(2):553–6. discussion 56. [PubMed]
4. Postma R, Schroder FH. Screening for prostate cancer. Eur J Cancer. 2005;41(6):825–33. [PubMed]
5. Welch HG, Schwartz LM, Woloshin S. Prostate-specific antigen levels in the United States: implications of various definitions for abnormal. J Natl Cancer Inst. 2005;97(15):1132–7. [PubMed]
6. Constantinou J, Feneley MR. PSA testing: an evolving relationship with prostate cancer screening. Prostate Cancer Prostatic Dis. 2006;9(1):6–13. [PubMed]
7. Bill-Axelson A, Holmberg L, Ruutu M, Haggman M, Andersson SO, Bratell S, et al. Radical prostatectomy versus watchful waiting in early prostate cancer. N Engl J Med. 2005;352(19):1977–84. [PubMed]
8. Ilic D, O’Connor D, Green S, Wilt T. Screening for prostate cancer. Cochrane Database Syst Rev. 2006;3:CD004720. [PubMed]
9. Harris R, Lohr KN. Screening for prostate cancer: an update of the evidence for the US Preventive Services Task Force. [Accédé 2007 juin 10];Ann Intern Med. 2002 137(11):917–29. Accessible à: http://www.ahrq.gov/clinic/3rduspstf/prostatescr/prostaterr.htm. [PubMed]
10. Korfage IJ, de Koning HJ, Roobol M, Schroder FH, Essink-Bot ML. Prostate cancer diagnosis: the impact on patients’ mental health. Eur J Cancer. 2006;42(2):165–70. [PubMed]
11. O’Connor AM. Using decision aids to help patients navigate the “grey zone” of medical decision-making. CMAJ. 2007;176:1597–8. [Article PMC gratuit] [PubMed]

Articles from Canadian Family Physician are provided here courtesy of College of Family Physicians of Canada