PMCCPMCCPMCC

Search tips
Search criteria 

Advanced

 
Logo de canfamphysLink to Publisher's site
 
Can Fam Physician. 2007 mars; 53(3): 583.
French.
PMCID: PMC1949100

Médecin de famille en situation d’urgence

Cal Gutkin, MD CCMF(MU) FCMF, DIRECTEUR GÉNÉRAL ET CHEF DE LA DIRECTION
Fichier externe contenant une image, une illustration, etc.,
se présentant habituellement sous la forme d'un objet binaire quelconque.
 Le nom de l'objet concerné est 583fig1.jpg

Les médecins de famille rencontrent toujours certains patients inoubliables, et mes souvenirs les plus vibrants sont rattachés au temps passé à l’urgence.

Au début de ma carrière, en milieu rural ontarien, une Américaine de 17 ans, primipare et à 26 semaines de gestation, voyageait dans la région avec son ami pendant les vacances d’été. Elle nous est arrivée à l’urgence en plein travail et accouchait quelques minutes après d’un tout petit garçon cyanotique au rythme cardiaque faible et très rapide.

Pendant la réanimation du nouveauné prématuré, maintenant en incubateur, l’infirmière m’avertit qu’un pied vient de sortir de l’utérus de la mère. Après quelques minutes, une soeur jumelle est née, à peine en vie. Les deux bébés, pesant ensemble moins de 2 600 g, ont partagé le même incubateur, où j’ai exécuté immédiatement des manœuvres de RCR.

Leurs fonctions vitales se stabilisèrent relativement bien, en quelques heures. Mais j’ai ensuite dû extraire le placenta de la mère sous anesthésie générale. Une série de premières pour moi, en début de pratique! Avec les conseils d’un intensiviste pédiatrique, pendant et après la réanimation, j’ai pris en charge les deux nourrissons pendant leurs premières 24 heures, pour ensuite les transférer à Winnipeg. Je me suis occupé de la mère, hospitalisée pendant 5 jours. Tous ont survécu (même moi)!

Un homme de 72 ans arrive en bateau au quai de l’hôpital, diaphorétique et souffrant de douleurs thoraciques et abdominales. Le seul médecin consultant en ville l’examine à ma demande et nous conseille de le traiter sur place pour un infarctus. Mais ce choc en progression était-il cardiogène, hypovolémique ou les deux? Les enzymes et l’électrocardiogramme ne corroboraient pas l’infarctus et le patient répondait positivement au test des fluides. L’infirmière et moi n’étions pas convaincus que ses résultats d’analyses pointaient vers un infarctus et il nous fallait écarter la possibilité d’un anévrisme aortique abdominal perforé. Nous l’avons envoyé à Winnipeg, où les chirurgiens l’ont opéré immédiatement. C’est alors que s’est produite la rupture de l’anévrisme. Son envoi à Winnipeg lui avait sauvé la vie.

Au centre universitaire à Toronto, un homme de 29 ans est arrivé, le corps entier, sauf le visage et une partie du cou, enduit de goudron. Il conduisait sa voiture sport décapotable sur l’autoroute quand un camion transportant du goudron brûlant s’est renversé sur l’auto. Deux jours auparavant, il avait obtenu son diplôme de droit et devait se marier 3 jours plus tard. Il était conscient, blaguait avec moi de l’absurdité de l’accident et demandait à voir sa fiancée.

Son état se détériorait rapidement et à chaque minute, sa vie s’échappait un peu plus. Fallait-il laisser le goudron pour protéger ses structures vitales ou l’enlever et dégager l’espace voulu pour l’intraveineuse essentielle au remplacement des pertes massives de fluides et d’électrolytes? Il avait des brûlures profondes sur près de 90% de son corps et nous savions qu’il ne s’en tirerait probablement pas. Sa famille et sa fiancée éplorée à ses côtés, il succombait quelques heures plus tard. Pour un jeune médecin comme moi, récemment marié, à quelques mois de l’obtention de son diplôme, l’expérience a suscité en moi une empathie d’autant plus forte.

Dans un hôpital en banlieue de Mississauga, j’ai rencontré une superbe jeune fille de 11 ans, peu après minuit, en état de mal asthmatique, gravement hypoxémique, moribonde. L’intubation fut difficile, mais finalement réussie. Elle avait besoin de tous les médicaments possibles, qu’on apprend à connaître à la faculté de médecine ou même en formation médicale continue des années plus tard, mais elle s’en est tirée et je l’ai soignée à l’hôpital durant 10 jours. Parce qu’elle n’avait pas de médecin de famille dans notre communauté, j’ai accepté avec plaisir de lui dispenser des soins continus. Elle est restée sous mes soins pendant des années et, tout ce temps, ce fut un plaisir d’apprendre à la connaître et de la soigner, même si elle dut être hospitalisée à maintes reprises pour des accès d’asthme aigus déclenchés par une panoplie sans fin d’allergies alimentaires et environnementales. Avec l’âge, ses problèmes respiratoires ont presque disparu, elle a terminé ses études, est maintenant infirmière dans notre système de santé et élève sa petite famille.

La continuité qui définit la pratique familiale, qui crée et cimente le lien qui caractérise la relation médecin-patient, est renforcée lorsque les médecins de famille sont présents avec leurs patients à l’urgence, à l’hôpital et à la clinique.

Bien sûr, en bout de ligne, les souvenirs prouvent à eux seuls que le jeu en vaut la chandelle.


Articles from Canadian Family Physician are provided here courtesy of College of Family Physicians of Canada